Les biofilms – une matrice très collante formée de protéines et de polymères de sucre fabriquée par les bactéries pour se protéger – apparaissent sur la tuyauterie et autres endroits très humides. Ils se composent de bactéries, de moisissures, levures et champignons, de virus et d’algues microscopiques. Dans les établissements de soins de santé, les biofilms causent du colmatage de la tuyauterie et sont la source de mauvaises odeurs en plus de représenter un risque pour la santé. Les drains au fond des éviers sont d’excellents environnements pour les bactéries favorisant la formation de biofilms.

Les biofilms, un enjeu critique pour les hôpitaux

S’il y a peu de chances d’attraper une maladie grave causée par des biofilms provenant de canalisations chez soi, les biofilms représentent toutefois un risque important en milieu hospitalier et peuvent être responsables de nombreuses infections et maladies. En effet, les risques augmentent dans les établissements de soins de santé où les patients sont souvent plus vulnérables aux maladies. Les biofilms sont des réservoirs d’organismes pathogènes et leur accumulation dans la tuyauterie devient une grande source de risques pour contacter des infections nosocomiales comme pseudomonas, ERV, KPC,SARM, Acinetobacter et norovirus.

70 % des maladies et des infections contractées dans les hôpitaux
sont causées par des bactéries logées dans les biofilms.

Les biofilms sont difficiles à voir et à éliminer

Il faut agir avec précaution en procédant à l’élimination des biofilms afin d’empêcher la propagation des bactéries, car à l’ouverture du robinet, les éclaboussures d’eau permettent aux bactéries de se déplacer sur une distance pouvant atteindre jusqu’à 6 pieds autour de l’évier, contaminant ainsi les surfaces et les utilisateurs.

Si les biofilms sont connus depuis longtemps, la compréhension de leur mode de fonctionnement est plus récente. Nous savons maintenant que pour éliminer un biofilm, il faut d’abord détruire la matrice organique afin de libérer les bactéries, qui seront alors beaucoup plus sensibles aux désinfectants. Sans la destruction de la structure du biofilm, les bactéries et les superbactéries demeureront protégées et continueront de proliférer.

Les moyens utilisés jusqu’à ce jour pour traiter les biofilms et leurs limites

Actuellement, les installations aux prises avec un problème de biofilms utilisent des désinfectants chlorés, de la soude caustique ou des désinfectants très puissants dans l’espoir de les éliminer. Ces solutions sont toutefois totalement inefficaces pour détruire les biofilms. L’autre option populaire est le remplacement de la tuyauterie et des drains contaminés qui s’avère évidemment très coûteuse.

Une nouvelle approche efficace pour éliminer les biofilms : Bioassure

Après plusieurs années de recherche, Sani Marc a mis au point Bioassure, le premier et seul produit homologué par Santé Canada contre les biofilms dans les établissements de santé. Sa formule unique détruit les biofilms et désinfecte en un seul traitement. De plus, grâce à son application en mousse, BioAssure offre un temps de contact prolongé sur les surfaces et dans les drains permettant de détruire les biofilms s’y retrouvant et de désinfecter les surfaces en peu de temps. Son utilisation se veut d’ailleurs une partie intégrante du programme de nettoyage et de désinfection essentiel à l’atteinte de l’hygiène et la salubrité dans les établissements de santé. Avec Bioassure, les établissements de santé ont maintenant accès à une solution éprouvée pour prévenir les dommages causés par les biofilms.