Le magazine virtuel du Groupe Sani Marc

Certifié « sans gluten »

Champs de blé

Les allergies alimentaires ont fait un bond depuis quelques années touchant 1% de la population en 1970 à 7% aujourd’hui. De nos jours, les changements dans nos habitudes alimentaires ainsi que la transformation des aliments en sont les principales causes. Puisque Sani Marc œuvre dans le domaine du nettoyage et de l’assainissement des usines agroalimentaires,  nous nous sommes penchés sur le gluten, une protéine présente dans la majorité des aliments transformés.

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est une protéine présente dans la plupart des céréales telles que le blé, le seigle, le triticale et l’orge. Dans le cas du blé, cette protéine constitue 80 % de toutes les protéines contenues. Sa principale caractéristique : son élasticité. C’est cette particularité qui fait du gluten, un élément largement utilisé dans les produits alimentaires transformés dont le pain, les pâtes et les pâtisseries puisqu’il permet d’éviter l’émiettage et donne une texture moelleuse à ces aliments.

Le gluten est reconnu depuis plusieurs années comme un allergène majeur qui provoque une réaction immunitaire au niveau de l’intestin grêle. L’apport quotidien de cette protéine dans le corps résulte à une réaction inflammatoire chronique résultant à l’apparition de lésions au niveau des tissus intestinaux.

Intolérance au gluten VS maladie cœliaque

Il est faux de penser que l‘intolérance au gluten est l’équivalence de la maladie cœliaque. Un large fossé sépare les deux. L’intolérance au gluten se manifeste par quelques symptômes digestifs tels que : la diarrhée, des douleurs abdominales, des ballonnements, etc. Pris en petite quantité et à une fréquence raisonnable, le gluten provoque de l’inflammation à l’intestin grêle.

Bien plus qu’une intolérance, la maladie cœliaque est une forme d’allergie alimentaire. L’ingestion de la protéine de gluten provoque une réaction immunitaire anormale, c’est-à-dire qu’elle endommage les parois intestinales jusqu’à la destruction complète de ses villosités. Cette réaction diminue la capacité de la paroi intestinale à absorber les éléments nutritifs contenus dans la nourriture.

En partie héréditaire, le risque de développer la maladie cœliaque est 20 fois plus élevé pour ceux dont un parent est atteint. D’autres éléments pourraient être la cause du développement de la maladie comme les facteurs environnementaux (infections intestinales, traumatisme, le stress) et la perméabilité intestinale chez certaines personnes. Une corrélation existe entre les gens ayant une plus grande perméabilité de leur intestin qui permet au gluten de pénétrer la paroi intestinale et ceux diagnostiqués cœliaques.

330 000 Canadiens sont cœliaques

73 000 sont des enfants

150 millions de dollars sont dépensés chaque année au Canada par les familles nécessitant l’achat de produits alimentaires certifiés sans gluten

Près de 30 % des patients cœliaques peuvent développer une tumeur maligne s’ils ne suivent pas un régime approprié

2,5 millions de dollars sont dépensés annuellement en soins de santé pour la recherche et les soins apportés aux patients

Comment l’identifier et le traiter ?

La liste des symptômes associés à la maladie cœliaque est faramineuse. Parmi les plus communs, on y retrouve l’anémie (qui cesse lors de l’arrêt de consommation du gluten), la diarrhée chronique, la perte de poids, la fatigue, les crampes, le ballonnement, l’irritabilité, etc. Cependant, l’intensité varie beaucoup d’une personne à l’autre et pour certaines, les symptômes ne sont pas perceptibles.

D’autres types de complications qui ne sont pas nécessairement liés à l’atteinte intestinale comme celles énumérées ci-dessus peuvent survenir. La neuropathie, observable par des engourdissements, voir des douleurs aux membres est une d’entre elles. On y compte également l’infertilité, l’arthrite, certains types de cancer, l’intolérance au lactose et la dermatite herpétiforme; affection de la peau qui se caractérise par des démangeaisons, une sensation de brûlure et l’apparition de cloques.

En moyenne au Canada, les patients reçoivent un diagnostic cœliaque qu’après 12 ans de recherche. Aucun traitement médical n’est possible pour traiter la maladie. Puisqu’il s’agit d’une allergie alimentaire, le meilleur remède pour la contrer est d’adhérer à un régime sans gluten à vie. La consultation d’un professionnel en diététique est de mise.

Certifié « sans gluten »

Pour être étiqueté sans gluten, un produit alimentaire ne peut contenir plus de 200 parties par million (ppm) de fractions de protéines de gluten. La Fondation québécoise de la maladie cœliaque met cependant un bémol sur cette certification sans gluten. Actuellement au Canada, aucun programme de certification accréditée ne permet de certifier que les méthodes de transformation et d’emballage de ces produits ne sont pas exposées au gluten. Des projets de loi sont cependant en cours pour normaliser l’étiquetage
« sans gluten ».

De nos jours, les aliments transformés et emballés peuvent contenir des sources cachées de gluten pouvant être ingéré de façon accidentelle. Il est important de porter une attention particulière aux viandes en conserve, aux yogourts aux fruits, aux sauces tomates, aux saucisses et bien d’autres. Le gluten peut se cacher sous plusieurs noms dans les listes d’ingrédients tels que : malt, amidon (de blé, d’orge, de seigle, etc.), seitan, protéines végétales hydrolysées et protéines végétales texturées.

Références
hc-sc.gc.ca
cdhf.ca
celiac.ca
cdhf.ca/bank
passeportsante.net
i
ntolerancegluten.com

Ajouter un commentaire

*SVP remplir tous les champs correctement