Un nouveau Guide alimentaire canadien devrait voir le jour d’ici la fin de 2018.

Cette refonte est une excellente nouvelle puisque le guide actuel, dont la dernière édition remonte à 2007, est dépassé. Le prochain Guide canadien devrait en principe avoir une vision plus large de l’alimentation et miser davantage sur la façon de manger plutôt qu’uniquement sur les portions et les nutriments.

Certains pays ont déjà pris les choses en main en proposant des guides alimentaires novateurs et plus adaptés au mode de vie moderne.

Brésil

C’est entre autres le cas du Brésil qui propose un guide alimentaire misant sur la qualité des aliments et le plaisir de manger et de cuisiner, plutôt que sur les besoins nutritionnels précis de la population.

Dans le guide brésilien, on privilégie les produits frais et on évite le plus possible les aliments transformés. On essaie aussi de manger à des heures régulières et on bannit les distractions à table (cellulaire, ordinateur, livre, télévision, etc.). L’idée est de simplifier les recommandations pour qu’elles soient plus faciles à comprendre et à appliquer dans la vie de tous les jours.

Tour d’horizon de différents guides alimentaires à travers le monde.États-Unis

Aux États-Unis, les recommandations alimentaires sont revues tous les cinq ans. On s’assure ainsi d’effectuer un suivi serré des avancées de la science nutritionnelle.

Les deux changements positifs les plus importants de la version actuelle du guide alimentaire américain (2015-2020) : une plus grande reconnaissance des bénéfices des bons gras (huile, noix, olives, avocats, etc.) et de la nocivité des sucres ajoutés (on recommande d’en consommer moins de 10 % de la quantité de calories totales).Dans le plus récent guide américain, on a également moins de méfiance envers la caféine, les édulcorants et le cholestérol. On parle aussi d’opter davantage pour des aliments riches en nutriments (vitamines et minéraux) et on vise surtout une alimentation saine et variée dans le but de réduire l’apparition de maladies (obésité, hypertension, diabète, etc.)

France

De son côté, le guide des Français présente une particularité intéressante : il offre une série de conseils personnalisés, clairs et concrets selon 25 « portraits » bien précis (type de mangeur, personnalité, mode de vie, habitudes…) du genre : « J’ai toujours faim », « J’ai tendance à grignoter entre les repas », « Je ne cuisine pas », « J’ai du mal à joindre les deux bouts » ou encore « Je mange bio ». Il suffit de trouver son portrait et de suivre les conseils qui y sont rattachés.

Toujours place à l’amélioration

Bref, les guides alimentaires d’un pays à l’autre sont différents tout en comportant certaines similarités. En espérant que le nouveau Guide alimentaire canadien saura offrir aux Canadiens des choix inspirants, qui s’intéresseront autant au contenu de l’assiette des gens qu’au contexte dans lequel ils la remplissent.

Références :
https://www.protegez-vous.ca/Sante-et-alimentation/assiette-sante/des-guides-alimentaires-qui-misent-sur-la-qualite-des-aliments
http://www.foodinsight.org/new-dietary-guidelines-americans-2015-changes
http://lactualite.com/sante-et-science/2016/07/21/cet-ete-mangeons-aussi-bien-que-les-americains/
http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2016-01-10/guide-alimentaire-americain
http://www.aprifel.com/actualite-top-10-des-recommandations-du-guide-alimentaire-amaricain-2015-2020,79.html
https://www.protegez-vous.ca/Sante-et-alimentation/assiette-sante