Le magazine virtuel du Groupe Sani Marc

Faire du neuf avec du vieux

Façon dont la chimie du gel peut améliorer la sécurité alimentaire, la durabilité et le résultat net.

La chimie du gel n’est pas un phénomène nouveau. En effet, les produits sont présents dans l’industrie depuis plusieurs années. Ce qui est nouveau est l’intérêt relativement récent qu’on lui porte. Les usines alimentaires font face à des défis grandissants pour établir un équilibre entre la sécurité alimentaire, la durabilité et la compétitivité des coûts. De récents progrès dans le développement et la commercialisation de la chimie du gel aident déjà certains transformateurs à relever ces défis avec succès, générant ainsi un brouhaha sur le marché. Il semble donc qu’on fasse du neuf avec du vieux.

Une des principales raisons pour laquelle il est difficile pour un transformateur de passer de produits chimiques de nettoyage en mousse aux produits chimiques de nettoyage en gel est la mentalité « on a toujours procédé de la même façon ». La mousse est la norme de l’industrie. Elle fonctionne bien, elle est très visible ce qui permet de voir où on l’a appliquée, elle a un temps de contact acceptable, elle est peu coûteuse et son application peut même être amusante. Par contre, pour le transformateur averti, la chimie du gel présente des arguments convaincants pour le changement.

La raison la plus convaincante est une réduction considérable du volume de produits chimiques utilisés ‑ on rapporte une baisse de 40 % à 75 % de l’utilisation annuelle. Ceci entraîne donc une réduction considérable des coûts en produits chimiques (jusqu’à 50 %), selon le prix payé pour les produits en mousse et ceux en gel. Mais les économies ne s’arrêtent pas là.

Un programme de qualité qui utilise des produits en gel nécessitera moins d’eau pour l’application des produits et pour ensuite les rincer. Des études sont en cours pour quantifier les économies prévues, mais certains éléments indiquent que ces économies sont assez importantes. De plus, de nouvelles utilisations sont découvertes pour la chimie du gel, notamment pour l’équipement qui était habituellement nettoyé par nettoyage par circulation ou par immersion, deux méthodes qui nécessitent de grands volumes d’eau. Les transformateurs paient très cher pour de l’eau potable et paient encore pour la faire traiter avant qu’elle ne soit envoyée dans le flux de déchets. La chimie du gel peut contribuer à réduire ces coûts, ce qui est bon pour le résultat net et l’environnement.

La sécurité alimentaire est aussi améliorée par un produit chimique de qualité en gel. Des résultats concrets dans des établissements qui ont effectué le changement pour des produits en gel ont démontré à plusieurs reprises une diminution des niveaux d’ATP et des résultats d’échantillonnage microbiologique. La raison est directement liée à la viscosité améliorée d’un produit en gel par rapport à celle d’un produit en mousse. Sur les surfaces horizontales, la mousse atteint le temps de contact ciblé de 15 à 30 minutes puisqu’elle s’affaisse. Par contre, sur les surfaces verticales, le temps de contact est réduit à aussi peu que 3 à 5 minutes puisque le poids de la mousse la pousse vers le sol. Ce n’est pas le cas avec le gel puisqu’il forme un film mince qui peut durer jusqu’à 30 minutes sans sécher, même sur les surfaces verticales.

À cause de la viscosité améliorée, certains se demandent si un produit en gel se rince bien. De façon générale, ce n’est pas un gros souci puisque la plupart des produits en gel se rincent très bien. En effet, une formulation ingénieuse à une viscosité qui se rapproche de l’eau dans sa forme concentrée, mais devient très visqueuse lorsqu’elle est diluée avec de l’eau à une concentration de 3 % à 5 %. Elle revient à une viscosité qui se rapproche de l’eau lors de l’étape de rinçage. Cette réaction synergique des ingrédients chimiques avec l’eau n’est pas commune à tous les produits en gel, mais procure de sérieux avantages dans l’efficacité du nettoyage et dans la réduction des coûts.

Il existe cependant des inconvénients. Le premier, ironiquement, est le prix du gel. Certains transformateurs ont un choc puisque le prix à payer pour un cylindre de gel est plus élevé que ce qui doit être payé pour la même quantité de mousse. De plus, si le fabricant de gel n’évalue pas correctement l’établissement du transformateur et qu’il l’aide à optimiser ses opérations de nettoyage, aucune économie ne sera réalisée avec la chimie du gel.

Tous les gels ne sont pas créés de façon équivalente. Certains doivent être appliqués avec de l’eau tiède, ce qui peut entraîner une augmentation de la consommation d’énergie. D’autres peuvent nécessiter une forte concentration pour atteindre la bonne viscosité qui aide à maintenir l’efficacité de nettoyage. Cependant, un fabricant de produits chimiques réputé aidera à analyser en détail et à démontrer la façon dont les économies seront réalisées avant de demander au transformateur de signer quoi que ce soit.

N’allez pas trop loin dans votre réflexion. Voyez sous un nouvel angle quelque chose qui existe déjà : analysez la façon dont un programme de qualité qui utilise des produits en gel peut améliorer la sécurité alimentaire, tout en améliorant l’efficacité de nettoyage, la durabilité environnementale et le résultat net.

Ajouter un commentaire

*SVP remplir tous les champs correctement