Plusieurs raisons motivent la mise en œuvre d’un programme de nettoyage écologique. Un établissement peut y être obligé au profit d’une certification de bâtiment écologique, ou alors les employés ou les superviseurs peuvent privilégier le nettoyage écologique. Quelle que soit la raison, les bâtiments qui bénéficient d’un programme de nettoyage écologique doivent se conformer à des normes de propreté plus rigoureuses, offrent une meilleure qualité de l’air intérieur et leurs actifs, comme les planchers, les revêtements muraux et l’équipement mécanique, semblent durer plus longtemps.

Avant de mettre en œuvre un programme de nettoyage écologique, il est important de procéder à une vérification du nettoyage écologique à l’échelle de l’établissement, afin de comprendre les pratiques de nettoyage actuelles et de relever les domaines dans lesquels il pourrait y avoir de l’amélioration. À partir de ce moment, des jalons peuvent être établis, ce qui permettra à l’entreprise de mesurer le succès de son programme de nettoyage écologique une fois qu’il aura été mis en œuvre pendant une période donnée.

La première étape du processus de vérification est de découvrir si une politique sur le nettoyage écologique est en vigueur sur les lieux. Une telle politique devrait clairement établir par écrit les procédures normales d’exploitation pour un nettoyage écologique efficace, notamment les produits et outils à utiliser et la fréquence du nettoyage, de même que les détails quant à la manière dont le programme de nettoyage écologique sera géré et évalué. Cette politique devrait aussi préciser la manière de recueillir les commentaires et de mesurer l’efficacité des technologies, procédures et processus de nettoyage écologique sur une base régulière. Il est en outre primordial que la politique ait l’appui de tous les échelons de la direction. Sans un ralliement réel, la conformité ne sera qu’utopie.

La deuxième étape consiste à évaluer le processus de formation. Pour que le programme soit géré avec efficacité, tous les superviseurs doivent suivre une formation pertinente sur le nettoyage écologique ou à haut rendement. Toute information de nature pédagogique devrait être fournie soit sous forme écrite, soit sous forme électronique. Les superviseurs sont ensuite responsables de la formation des employés et de la documentation des activités à mesure qu’elles sont réalisées. La formation devrait porter sur tous les aspects du programme de nettoyage écologique ou à haut rendement, de même que sur la manipulation, l’entreposage et la mise au rebut des produits chimiques. Pour que les employés adoptent rapidement les nouveaux produits et processus, il est essentiel qu’ils comprennent pourquoi il est important de les utiliser.

La formation ne devrait pas être destinée uniquement aux personnes concernées par le processus de nettoyage. En effet, il pourrait suffire, pour apaiser les préoccupations, d’informer tous les utilisateurs du bâtiment qu’un programme de nettoyage écologique a été adopté. Par exemple, l’une des modifications les plus manifestes que les occupants pourraient remarquer est la diminution des odeurs de produits nettoyants. Si aucune information précisant que les produits écologiques ont une odeur moins marquée et que de nouveaux protocoles respectant les personnes sensibles aux odeurs et visant à améliorer la qualité de l’air intérieur n’a circulé, les utilisateurs du bâtiment pourraient avoir l’impression que les installations ne sont pas nettoyées.

L’étape suivante consiste à procéder à l’évaluation des achats de produits et de matériel de nettoyage. Au moins 75 pour cent de tous les produits et articles achetés annuellement devraient être certifiés Écologo ou Green Seal, ou par une autre norme environnementale tierce. Ces achats concernent les produits chimiques, les sacs poubelles en plastique, les tapis protecteurs, les essuie-mains, les mouchoirs et le papier de toilette, ainsi que les serviettes de papier et les torchons de cuisine. Lorsque possible, mieux vaut privilégier les mécanismes réduisant le gaspillage, comme les systèmes de contrôle de la dilution des produits chimiques, ou les distributrices contrôlées de papier et d’essuie-mains.

Toute vérification du nettoyage écologique comprend également l’évaluation de l’équipement et des accessoires de nettoyage. Un minimum de 40 pour cent des autorécureuses devraient être équipées de pompes d’alimentation à vitesse variable, ou de système intégré de mesure ou de contrôle de la dilution des produits chimiques pour le remplissage. Si possible, l’équipement alimenté par piles devrait utiliser des piles aux ions de lithium, à tapis de verre absorbé ou à électrolyte gélifié. Il est également important que les tapis protecteurs utilisés conviennent à l’usage auquel ils sont destinés. L’équipement d’entretien des tapis devrait être doté de systèmes de filtration haute efficacité et de systèmes d’aspiration à haut rendement, et leur niveau de décibels devrait respecter les règlements de santé et sécurité.

Pour ce qui est des accessoires, il est recommandé d’avoir recours à des linges et des têtes de vadrouilles en microfibres, puisque ces dernières sont conçues pour retirer les saletés et les germes, et pour les emprisonner jusqu’au moment du lavage du linge ou de la tête. Ceci empêche la propagation des bactéries d’une surface à l’autre.

Des paillassons anti-humidité d’au moins 10 à 15 pieds devraient être placés à toutes les entrées et dans les allées afin d’emprisonner la saleté de l’extérieur pour empêcher qu’elle soit introduite dans le bâtiment. Ceci pourrait accroître de façon importante la qualité de l’air intérieur des installations. Il est 80 pour cent moins coûteux de retenir la saleté au moyen de paillassons que de l’éliminer une fois qu’elle est dispersée dans tout le bâtiment. La politique sur le nettoyage écologique devrait préciser la fréquence du nettoyage, de l’entretien et du remplacement de ces paillassons.

La toute dernière étape du processus de vérification est d’évaluer les initiatives de recyclage. L’objectif premier de tout programme réussi est de trouver des manières de détourner tout déchet des sites d’enfouissement.

Un programme de nettoyage écologique ne se limite pas simplement à utiliser des produits « verts ». Son objectif réel est d’obtenir des installations plus propres et plus saines tout en ayant le moins de répercussions possible sur l’environnement. Le nettoyage écologique protège en outre le personnel qui en est chargé, les occupants du bâtiment et le bâtiment lui-même. Et la manière la plus efficace d’atteindre l’objectif visé est de procéder à une vérification de nettoyage écologique avant de mettre en œuvre un programme connexe.