Le magazine virtuel du Groupe Sani Marc

La fraude alimentaire, un fléau grandissant

De faux légumes bios, du miel dilué auquel on a ajouté du sucre, de l’huile d’olive « extra-vierge » mélangée à de l’huile végétale, du poisson vendu sous un faux nom, des produits périmés réemballés et remis en épicerie : la fraude alimentaire est un crime économique qui gagne en popularité sur la planète.

Elle fait maintenant partie des considérations quotidiennes de l’industrie alimentaire de la ferme à la table. C’est un enjeu d’actualité pour l’industrie agroalimentaire pouvant entre autres présenter un risque pour la santé des consommateurs, par l’ajout par exemple d’un ingrédient allergène non déclaré sur l’étiquette.

Qu’est-ce que la fraude alimentaire?
La fraude alimentaire est la falsification d’aliments, la substitution et la représentation mensongère d’un produit pour un gain économique. Elle peut être aussi simple qu’un étiquetage trompeur (modification d’une date de péremption ou fausse certification biologique), mais désigne également la substitution, la dilution ou l’addition intentionnelle d’un produit alimentaire dans le but d’augmenter sa valeur ou d’en réduire le coût de production.

Types de fraudes

  • Fausse allégation
  • Dilution
  • Substitution
  • Ajout
  • Vol
  • Contrefaçon
  • Poids et dates de péremption
    non respectées
  • Distribution intentionnelle de
    produits sous les normes

Problématique
Le domaine alimentaire intéresse de plus en plus le crime organisé; jusqu’à 10 % des produits alimentaires vendus dans le monde pourraient être touchés, ce qui représente entre 10 et 15 milliards de dollars par année. Plusieurs facteurs, incluant la complexité de la chaîne d’approvisionnement et le pouvoir d’achat des groupes de détaillants, ont contribué à l’émergence de la fraude alimentaire. Cette dernière continue de croître, malgré l’augmentation des exigences et des certifications, et demeure difficile à démasquer.

En effet, des laboratoires scientifiques à la fine pointe de la technologie sont utilisés pour falsifier des aliments. Bien que de plus en plus performants, les systèmes d’assurance qualité actuels ne sont pas toujours adaptés pour détecter ces aliments modifiés. De plus, lorsque de nouvelles méthodes de détection sont mises en place, les fraudeurs innovent rapidement afin de trouver des façons de contourner l’obstacle.

Liste des aliments les plus touchés par la fraude alimentaire
Huile d’olive
Miel
Viande
Poissons & fruits de mer
Sirop d’érable
Jus de fruits
Café et thé
Épices
Boissons alcoolisées

Comment contrer la fraude alimentaire?
Les entreprises doivent mettre en place des moyens de contrôle afin de protéger leurs consommateurs de même que leur marque. Différents moyens peuvent être utilisés comme la mise en place d’une analyse de vulnérabilité, d’un plan de surveillance et d’un plan d’échantillonnage basé sur le risque, le développement d’un programme de qualification et d’audit des fournisseurs et le respect de bonnes pratiques en matière d’importation et de fabrication de produits.

En cas de soupçons de fraude alimentaire, les entreprises devraient alerter l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) responsable d’atténuer les risques liés à la salubrité alimentaire et de surveiller la fraude alimentaire au pays.

Bref, au-delà du goût et du prix des aliments, il est important pour les consommateurs que ce qu’ils pensent manger corresponde réellement à ce qu’ils mangent.