Le magazine virtuel du Groupe Sani Marc

La propreté n’a pas d’odeur

proprete na pas dodeur

Une des récentes problématiques à laquelle les gérants d’immeubles doivent faire face est l’utilisation de produits de nettoyage parfumés ou l’usage de parfums pour rafraîchir ou masquer les odeurs dans certaines pièces telles que les toilettes, vestibules, cafétérias et espaces de bureau.

Un nombre croissant de personnes sont allergiques aux parfums, senteurs et odeurs. Les réactions peuvent varier de légères à graves. Dans certains cas, les réactions allergiques peuvent entraîner une réduction du rendement et une augmentation du nombre de jours de maladie. Certaines personnes doivent même modifier leurs activités quotidiennes afin d’éviter l’exposition potentielle à ces allergènes.

Pour cette raison, de nombreuses entreprises implantent une politique privilégiant les produits SANS PARFUM ou SANS ODEUR dans leurs établissements. Généralement, les dispositions de la politique comprennent l’interdiction de mettre du parfum de même que l’utilisation de produits pour le nettoyage sans parfum dans le bâtiment. L’obstacle pour de nombreux bâtiments vient de l’association entre « propreté » et « parfum ». En effet, selon des préférences personnelles et souvent en raison d’habitudes remontant à l’enfance, plusieurs associent la propreté avec des senteurs de fleurs, de citron, de pin ou autres. Après des années d’utilisation de produits de nettoyage parfumés, il devient difficile de rompre cette association qui est fortement renforcée par la publicité qui nous porte à croire que tout sera plus propre si on utilise des parfums dans chaque pièce et sur toutes les surfaces. Alors, comment fait-on pour changer cette perception que la propreté doit avoir une senteur? La clé du succès est la communication à tous les occupants de l’immeuble.

Voici les étapes à suivre pour faciliter l’implantation d’une politique sans odeur :

  1. Élaboration d’une politique sans parfum – Si possible, impliquez les ressources humaines, les responsables du comité de santé et sécurité et les principaux gestionnaires. Nommez un responsable pour répondre aux questions ou apaiser les craintes concernant la politique. Il existe des politiques déjà créées et facilement accessibles. Il suffit de consulter le site Web du Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail. (http://www.cchst.ca/oshanswers/hsprograms/scent_free.html)
  2. Sensibilisation des occupants de l’immeuble. Il est important d’expliquer pourquoi la politique est implantée et pourquoi la santé des occupants est en cause. Vous pouvez choisir d’inclure des brochures dans les enveloppes de paie, de publier des articles dans l’infolettre de l’entreprise ou d’y aller sous forme de présentation. Peu importe la méthode choisie, l’objectif est d’informer tous les employés de l’aspect incommodant des parfums sur la santé et de la raison d’être de la politique.
  3. Fréquences et travaux de nettoyage. Les zones où les odeurs sont prédominantes et incommodantes, comme les toilettes et les cuisines, doivent être examinées afin de s’assurer que toutes les mauvaises odeurs sont complètement éliminées.
  4. Sensibilisation des employés à ne pas manger leur lunch à leur poste de travail. Les odeurs dégagées par la nourriture peuvent incommoder d’autres employés et certains aliments peuvent abriter des bactéries qui causent des odeurs et créer des conditions de travail malsaines.
  5. Affichage de la liste des produits non parfumés approuvés qui seront utilisés. Cela permettra d’éviter tout risque de confusion sur ce qui est acceptable ou non comme produits de nettoyage dans le bâtiment.
  6. Affichage indiquant que l’édifice a maintenant une politique sans parfum. Une fois la politique en vigueur, installez des affiches dans toutes les entrées, corridors, toilettes et cafétéria.
  7. Avertir les occupants de la transition lorsque vous commencerez à nettoyer le bâtiment avec des produits non parfumés. Les occupants devront être informés que le bâtiment a été nettoyé; la seule différence étant qu’il n’y aura aucune senteur de parfum pour leur rappeler que le nettoyage a bien été fait.
  8. Étude et gestion des plaintes et infractions. Implantez une procédure pour gérer les plaines et la non-conformité.

L’association des mots « propreté » et « parfum » est bien ancrée. Les médias ne cessent de renforcer que pour qu’une pièce soit propre il doit avoir un parfum persistant. Il n’est pas facile de changer cette perception, mais avec le temps et la sensibilisation, les gens finiront par comprendre que la propreté n’a pas d’odeur. De plus, les produits de nettoyage sans parfum sont souvent conçus pour réduire l’impact sur l’environnement sans sacrifier l’efficacité du nettoyage. Les produits sans parfum sont meilleurs pour la santé et pour l’environnement.