Le magazine virtuel du Groupe Sani Marc

Les risques d’infection sont-ils plus élevés…

 

Les risques d’infection sont-ils plus élevés dans les édifices à bureaux ou dans les restaurants?

En raison de mes 30 ans d’expérience en milieu agroalimentaire dont 13 en hygiène et salubrité des aliments, ma première réaction aurait été de dire que les risques sont plus élevés dans les restaurants, mais depuis que je travaille chez Wood Wyant mon optique a changé.

J’étais convaincu que la seule façon de tomber malade, de contracter une infection, ou une intoxication alimentaire, était de manger un aliment impropre à la consommation humaine, en raison d’une mauvaise hygiène des employés en contact avec les aliments ou la contamination croisée générée par la manipulation d’aliments crus et prêts à manger, et mains, surfaces et ustensiles contaminées. Je n’avais jamais pensé qu’il y avait autant de risques d’infection dans les édifices à bureaux.

Au cours de mon apprentissage et mes nombreuses recherches sur les risques d’infection dans les milieux de travail notamment les tours à bureaux, j’ai appris à ma grande consternation qu’il y a autant voire plus de risques d’attraper des infections dans les édifices à bureaux que dans les restaurants.

Je vous explique : dans la restauration les trois secteurs qui doivent être contrôlés pour éviter les contaminations sont le temps et la température de la cuisson, l’hygiène du personnel et éviter la contamination-croisée. Le temps et la température de la cuisson réduit le nombre de bactéries dans les aliments et détruit complètement les virus et les parasites. Quant aux surfaces de travail, les restaurants utilisent des détergents et des produits pour assainir et désinfecter pour réduire le nombre de bactéries et virus sur les surfaces de travail. D’ordre général, les surfaces sont nettoyées et assainies après chaque utilisation.

Dans les édifices à bureaux, les deux paramètres sont l’hygiène personnelle des occupants et des visiteurs et un programme d’entretien des lieux pour éviter les infections par la contamination croisée. Les questions qu’il faut se poser sont les suivantes : Comment peut-on contrôler l’hygiène des occupants et des visiteurs? Est-ce que tous les gestionnaires des édifices à bureaux ont le budget et les ressources nécessaires pour nettoyer et surtout désinfecter adéquatement les surfaces souvent touchées par un grand nombre de personnes?

En 2008, le gouvernement (MAPAQ) a implanté une règlementation obligeant tous les gestionnaires de l’industrie de la restauration à suivre une formation sur les risques de contamination et les bonnes procédures de nettoyage. De plus, les gestionnaires et les employés doivent se conformer au critère concernant l’obligation des employés d’avertir les supérieurs et de rester à la maison en cas de fièvre, maux de tête et diarrhée. Les gestionnaires ont l’obligation d’informer les employés que ce critère existe. Ce qui n’est pas nécessairement le cas pour les responsables des édifices à bureaux.

 

À mon avis, les gestionnaires et les responsables de l’entretien des édifices à bureaux devraient être également au courant des risques d’infection et de contamination. Ils doivent mettre en place des programmes de prévention tels que des produits pour assainir les mains accessibles au personnel, des lingettes pour désinfecter les surfaces souvent touchées, notamment les téléphones, les appuie-bras et les claviers d’ordinateurs. Donc, il est très important d’implanter un programme de bien-être au travail pour diminuer l’absentéisme et maintenir la productivité des employés au travail. Il est important d’informer les occupants du danger de venir travailler lorsqu’ils sont malades, de suivre les bonnes techniques et habitudes hygiéniques et de se laver les mains fréquemment. Pourquoi? Selon une étude l’utilisation d’un produit pour assainir les mains peut réduire l’absentéisme de 20%. Voici quelques exemples pour expliquer l’importance d’implanter un système.

Tout contact des mains avec le visage entraîne la transmission des maladies:

Pour en savoir davantage sur le programme de bien-être au travail, visitez notre site bienetreautravail.woodwyant.com

  • Un adulte travaillant dans un bureau touche jusqu’à 30 objets à chaque minute.
  • Un adulte touche son visage avec ses doigts 18,5 fois dans une heure (son nez 8 fois, sa bouche 9 fois et ses yeux 2,5 fois).
  • 40 à 90% des adultes enrhumés ont le virus sur leurs mains.
  • 20% des objets manipulés par une personne enrhumée sont infectés.
  • Le virus du rhume et de la grippe peut survivre 48 à 72 heures sur des surfaces.
  • Les virus qui causent la diarrhée peuvent survivre pendant 2-4 semaines sur des surfaces.

 

Ajouter un commentaire

*SVP remplir tous les champs correctement