Selon des études, jusqu’au tiers du volume des oreillers serait constitué de peaux mortes, d’acariens et de microbes! Parmi ces microbes (une trentaine en tout), on pense entre autres au SARM, au C. difficile, à l’E. coli et aux virus de la grippe et de la varicelle.

En fait, l’oreiller est le milieu idéal au développement des germes : chaleur corporelle, peaux mortes, transpiration, larmes, émission de toux et d’éternuements, etc. Changer les taies ne suffit donc pas puisque le tissu laisse passer les microbes. Il est donc essentiel de laver les oreillers. Voici quelques trucs et conseils simples pour un oreiller propre et frais.

Trucs et conseils

• Glisser les oreillers dans des housses (sous-taies) protectrices et/ou antiacariennes comme barrière supplémentaire
• Changer la taie d’oreiller fréquemment (toutes les semaines ou deux semaines)
• Aérer la chambre à coucher en ouvrant les fenêtres quelques minutes (idéalement même l’hiver), puisque la fraîcheur aide à prévenir les problèmes d’asthme ou d’allergie souvent générés par la poussière et les acariens.
• Les oreillers devraient être lavés à la machine de 2 à 4 fois par année. Il est cependant primordial de respecter les recommandations du fabricant et de bien lire l’étiquette d’entretien avant d’envoyer un oreiller dans la laveuse, car certains types requièrent plutôt un nettoyage à sec.
• Lorsque le lavage n’est pas recommandé, on peut aussi secouer l’oreiller vigoureusement afin de l’aérer puis l’exposer au soleil et à l’air frais de temps à autre.

Bref, tout comme la brosse à dents, l’oreiller ne devrait pas être partagé; il s’agit d’un article personnel dont chacun est responsable de l’hygiène.