De la ferme à la table, le risque de contamination des aliments est bien présent, ce qui nécessite de la prévention et du contrôle à tous les niveaux. Pour les intervenants de l’industrie agroalimentaire, il est essentiel de garantir la salubrité de leurs produits tout au long du processus. La possibilité de contamination par des micro-organismes pathogènes toxiques comme les bactéries, ou de contamination croisée avec des allergènes, est très préoccupante, sans parler de l’ajout accidentel de corps étrangers. Chaque fois que la salubrité ou la qualité des aliments est touchée, les effets peuvent être dévastateurs et, dans certains cas, mortels. Heureusement, l’utilisation d’un système de codage par couleurs minimise ces incidents et favorise les actuelles bonnes pratiques de fabrication.

Le codage par couleurs garantit la propreté des ustensiles

Le codage par couleurs permet de distinguer chaque étape, partie, outil ou secteur lié(e) au processus de production alimentaire. Par exemple, on utilise le rouge pour ce qui est cru et le bleu pour ce qui est cuit. Dans le cadre de la transformation des aliments et des boissons, il est essentiel de nettoyer et d’assainir les ustensiles; en leur attribuant des couleurs, on minimise efficacement la contamination, on améliore la salubrité et la qualité des aliments, et on limite le nombre de rappels coûteux susceptibles d’entacher la réputation d’une entreprise.

Les bases du codage par couleurs

Dans le cadre de la production, les codes de couleurs servent surtout à faire la différence entre l’équipement utilisé pour nettoyer les ustensiles ou les surfaces qui sont ou ne sont pas en contact avec des aliments. Par exemple, le vert s’applique aux outils de nettoyage utilisés pour les planchers des zones de production. Le noir identifie généralement l’équipement utilisé pour les drains, l’ingénierie et les espaces extérieurs, car la saleté est généralement invisible. On utilise souvent le bleu pour identifier l’équipement qui sert à nettoyer les surfaces en contact avec les aliments, parce que peu de produits alimentaires sont bleus et que, grâce au contraste de couleur, il est plus facile de détecter des fragments de plastique ou de fibres transférés de l’équipement de nettoyage aux produits alimentaires. Les outils qu’on utilise avec des allergènes ou des agents chimiques bien précis peuvent également avoir un code de couleurs, ce qui évite le transfert d’allergènes à des aliments non allergisants. Quoi que vous fassiez, ne vous trompez jamais de couleur!

Consultez notre catalogue de produits complémentaires destiné aux transformateurs d’aliments et de boissons. Il contient la gamme complète d’accessoires Vikan (brosses, seaux, racloirs et bien plus), offerts en rouge, en bleu, en jaune, en vert et en blanc.

Un ajout très utile

Le système de codage par couleurs constitue un moyen à la fois simple et pratique de garantir la salubrité des aliments. La couleur « parle » plus que le texte et évite la barrière des langues. Quand on nettoie des ustensiles avec des codes de couleurs adaptés à chaque secteur, on peut voir facilement que quelque chose n’est pas à sa place et corriger la situation. Si vous veillez à ce que votre système soit simple (trois à cinq couleurs au maximum) et uniforme, et que vous le renforcez grâce à la signalisation et aux communications, vous garantirez l’utilisation de pratiques plus sûres, pour une salubrité optimale des produits.